Qwice.org – L'appli d'intelligence collective !

Qwice – PIPL, l’arrivée fracassante du RGPD à la chinoise

Photo d'un temple chinois de Péjin

Longtemps critiquée pour son laxisme en matière de protection des données personnelles, la Chine a décidé de sonner la fin de la récréation en instaurant une nouvelle loi pour protéger la vie privée de ses citoyens. Cette nouvelle loi semble déjà provoquer des effets spectaculaires.

PIPL, un RGPD Chinois ?

La loi entrée en application ce premier novembre 2021 est très similaire au RGPD. Cependant, pour être adapté au droit chinois, certaines spécificités et applications sont différentes. L’ICANN (la société gérant les noms de domaines sur internet) conseille dans un article de blog aux entreprises exerçant une activité commerciale en Chine à demander des conseils juridiques pour vérifier leur conformité.

23 arrestations en une journée

Pour bien faire passer le message, les autorités chinoises joignent les actes à la parole. Siècle Digital nous informe que 23 employés de la société Pangqiu ont été interpellé pour « acquisition illégales données de systèmes d’information ». Cette société spécialisée dans le classement d’influenceurs est accusée d’avoir aspirée illégalement des données réseaux sociaux.

illustration d'une cellule de prison

Fortnite, Yahoo! et LinkedIn quittent le pays

Rien ne nous prouve que ces départs sont liés à cette loi, mais les dates coïncident. Fortnite annonce quitter la Chine le 15 novembre sans communication,  Yahoo!  invoque un contexte trop difficile pour son entreprise.

LinkedIn annonce le départ de son entreprise de Chine, cependant Microsoft (qui a racheté LinkedIn en 2016) compte remplacer LinkedIn par un réseau social similaire spécifiquement conçu pour le marché chinois.

De nombreuses autres applications disparaissent régulièrement de Chine, avec un impact encore difficile à mesurer aujourd’hui.

Et la surveillance de masse ?

Cela peut paraître très paradoxal de notre point de vue, car la Chine est surtout connue en France pour ses technologies de crédit social et son extrême intrusion dans la vie privée de ses habitants.

Peut-on à la fois surveiller sa population et vouloir interdire les entreprises de collecter les données personnelles de cette même population ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.