Qwice.org – L'appli d'intelligence collective !

WhatsApp porte plainte dans l’affaire Pegasus

Image humoristique d'une femme donnant un faux coup de poing avec un gant de boxe a un homme mince en chemise avec un chapeau

L’affaire Pegasus est au coeur de l’actualité. Cette affaire d’espionnage repose sur un logiciel commercialisé par la société Israëlienne NSO, capable de s’installer de manière totalement indétectable. Il semblerait que la messagerie WhatsApp soit un vecteur de transmission très efficace de ce logiciel espion.

Attaque directe à la concurrence

Fait amusant relevé par Presse Citron : dans sa communication, le directeur de la messagerie WhatsApp ne s’attaque pas tellement au groupe NSO, mais préfère s’attaquer à la faible sécurité des smartphones, et leur supposé manque de sécurité envers la confidentialité des utilisateurs. 
C’est donc ici directement Google et Apple qui sont visés, respectivement à travers leurs systèmes Android et iOS, par le patron de la messagerie WhatsApp, qui est aujourd’hui la propriété du groupe Facebook, qui n’est pourtant pas réputé pour être le meilleur élève en matière de respect de la confidentialité sur smartphone.

Une femme avec des gants de boxe se prépare à frapper un sac d'entrainement

La revanche de Facebook contre Apple ?

Apple joue gros dans cette histoire. Avec une communication fortement axée autour de la vie privée, l’affaire Pegasus vient fortement entacher l’image de marque du contructeur des iPhone. Facebook est actuellement en conflit avec Apple qui avait récemment permis aux utilisateurs de bloquer le traçage de l’application Facebook en un clic, dès l’installation et le premier lancement de celle-ci. Cette fonctionnalité a engendré pour Facebook une grande perte de revenus. Selon le site Iphone Addict, c’est près de 75% des utilisateurs d’iPhone qui décident de s’opposer à la collecte des données de l’application Facebook.

L'oeil d'un crocodile dépasse de l'eau

Le petit WhatsApp contre le grand méchant Pegasus

L’affaire Pegasus pourrait presque être une opportunité pour l’application WhatsApp. L’application, qui connait actuellement des difficultés, telles qu’une plainte d’associations au niveau de l’union européenne ou encore le refus d’obéir à l’autorité Allemande de la protection des données, pourrait ici redorer son image en se plaçant comme un rempart contre la méchante société israélienne. Il devient compliqué pour le grand public de suivre toutes les affaires en cours. Est-ce qu’au final devant la multiplication de toutes les affaires concernant les géants américains, le grand public ne serait pas tenté de vouloir se tourner vers des acteurs numériques plus petits et plus respectueux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.